© 2016 by espace-turquoise.com.  Proudly created with Wix.com

Michel Pépé - The best of Espace Turquoise
00:00 / 00:00

 

'Le plus grand voyageur n’est pas celui qui a fait dix fois le tour du monde, mais celui qui a fait une seul fois le tour de lui-même' (Gandhi)

 

LE PARDON

La première étape était de pardonner l’impardonnable. C’est difficile, lorsque nous n’avons personne en face de nous pour s’exprimer et demander la vérité.

Pour m’aider, j’avais coupé tous les liens réels et virtuels avec les facteurs de mes émotions afin de stopper leurs enracinements.

Pour les expulser, je ne me retenais pas de pleurer et parfois j'hurlais, contre ce qui privait mon don de mère pour mes enfants et notre projet de bonheur après notre vécu ; transmettre aux autres toutes ces valeurs pour les guider et les aider. Dans ma colère, j'avais souhaité ce vécu à ces personnes car empêcher l'entraide est un comportement inhumain donc, hurler me faisait du bien pour évacuer mes émotions.

L'ACCEPTATION

Je rajouterai la deuxième étape, qui était d’accepter ce qui m’avait affecté. L’acceptation était bénéfique après le lâché-prise de mes émotions, pour préparer la troisième étape.

Accepter d’avoir été manipulée, c’était comme accepter une maladie car cela touche notre être, notre santé, notre vie, nos finances, notre travail, qui touchent notre famille et nos proches. C’est aussi reconnaitre de ne pas s’être protégé suffisamment car nous ne pensons pas que cela existe autour de nous. Et comme une maladie, nous pensons que cela n'arrive qu'aux autres. La manipulation est un fléau qui fait beaucoup de victimes mais, comment reconnaître un manipulateur et s’en protéger ?

LA RECONSTRUCTION

La troisième étape était de me reconstruire. Avec toutes les clés de mes connaissances, je devais trouver celles qui allaient m’ouvrir la porte de la liberté et reconstruire ma tour humaine qui ne cessait de trembler.

La marche dans la nature m’avait apporté la sérénité. La sophrologie me redonnait le droit de respirer à la vie. Le massage énergétique aux huiles essentielles refaisait circuler mes énergies et me reconnectait avec mon corps. Le Reïki m’apaisait et me ressourçait. Le Qi Gong et le Taï Chi remettaient ma tour en équilibre. L’eau, en bain et à la piscine, redonnait naissance à ma vie. Les aliments énergétiques remontaient mon énergie vitale. La musicothérapie accompagnait mes méditations. Mon chat me faisait la ronronthérapie pendant mes siestes et des rencontres humaines me réchauffaient le cœur.

Un cocktail de bien être à consommer sans modération !

Reprendre le chemin du contact humain, passait par les magasins, pour refaire entièrement ma garde-robe.

Mes sens se réveillaient peu à peu mais avec une intensité plus forte.

Les stimuli étaient plus hypersensibles et donc, trouver d’autres moyens de les apprivoiser au quotidien.

Ma mémoire s’était remise à travailler et l’écriture avait été la suppression des mémoires qui m’empoisonnaient.

Mon cerveau m’a fait comprendre qu’il n’était pas un disque dur et qu’il avait besoin d’être en pause pour se reposer.

C’est comme une épreuve, de mettre en veille un cerveau qui a toujours besoin d’apprendre, de comprendre et des sens qui apportent des informations à chaque instant, qui le remettent à travailler.

Il y avait quelque chose qui me manquait dans ce voyage, un compagnon fidèle qui avait aussi, des capacités sensorielles développées. J’avais fait mes recherches sur le web. Lorsque j’avais vu ses yeux sur une photo, j’ai su que nous allions faire un long voyage ensemble, pour se reconstruire dans l’amour et le respect…. 

UN FIDELE AMI

Avec Charly, nous faisons une pause d’oxygène chaque jour à notre cerveau, en faisant notre ballade. Charly, c’est mon chien que j’ai adopté. Il avait été traumatisé par les êtres humains. Lorsque j’avais vu sa photo, je m’étais revue abattue, recroquevillée, en tremblant avec la souffrance dans les yeux. J’avais passé l’après-midi sous la pluie en faisant un travail d’approche afin de voir, si lui, allait m’adopter. Nous sommes repartis tous les deux le soir même. Charly, c’est un chien mais une vie à éduquer en partant de zéro.

Son corps et son crâne montraient toutes les tensions de stress et de peurs accumulées. J’ai utilisé le Reïki, le shiatsu, la patience et l’homéopathie pour le détendre pendant plusieurs mois. Je lui apprends à vivre et refaire confiance aux êtres humains. Il a commencé à faire des petits aboiements en montrant son bonheur de faire sa ballade et en courant autour de moi. Après trois bâillements, je sais que son cerveau est détendu. Il est hypersensible, réactif à tous les bruits avec une excellente mémoire, une intelligence émotionnelle. Il ressent tous mes sens, je suis à l’écoute des siens et il m’apprend chaque jour la subtilité sensorielle. Il est très obéissant, sans doute sa façon de me dire merci. Il a encore peur des êtres humains et il réagit différemment à chacun d’eux. L’attention, le respect, la douceur, la patience et l’amour sont des bases qui apportent chaque jour du bonheur à la vie de Charly et à la mienne.

LA CONCLUSION

La quatrième étape était la conclusion.

Le traumatisme que j’avais subi, m’avait montré les valeurs héritées de mes racines, malgré l’humiliation faite à mes trépassés. Au fil des années et des évènements, ces valeurs se sont enrichies humainement et elles m’ont aidé pour me relever. Cet évènement m’a appris aussi, les caractéristiques du manipulateur. Une prise de conscience avec ces rencontres personnels et professionnels, résolvant des réponses sur ce phénomène et moi-même. Un autre facteur émotionnel qui atteint la santé par la persécution à moyen ou long terme.

Récemment, j’ai vu un objet étrange dans le ciel bleu, il était très blanc et lumineux. C’était un peu de cette façon que j’avais regardé ce monde dans son mal-être. Il a oublié sa propre vie, son chemin, ses acquis, ses fondements, son respect et sa liberté.

J’ai réalisé la pratique des médecines énergétiques et alternatives avant la théorie, ce qui n’est pas simple et soulève des désaccords. Ce serai comme, apprendre le métier avant d’aller à l’école.

Les mettre en pratique sur soi-même après un traumatisme demande un autre effort et faire confiance à son être spirituel.

Avoir des capacités, du potentiel, du respect pour soi et les autres, de l’amour inconditionnel, cela permet de voir, d’entendre et de ressentir, dans une autre dimension. C’est l’avoir d’un plus grand espace de liberté, de conscience humaine et de champ énergétique.  

LE CHANGEMENT

La cinquième étape était le changement.

Le changement, c’est l’aboutissement qui donne le niveau du travail réalisé après un évènement.

C’était l’atterris-sage d’un long voyage. Je me retrouvais au tourniquet des bagages en me demandant, comment j'allais les transporter et les utiliser.

Je suis née d’une génération qui apprenait à travailler sur « le tas » avec l’huile de coude. Le travail passait avant les études qui n’étaient pas accessibles pour tous. La société avait fait en sorte que les études deviennent prioritaires et elle a engendré le seul moyen de trouver un travail pour la rémunération. Mais n’avait-on pas oublié quelque chose, comme par exemple demander à un enfant : quel métier souhaite-t-il faire pour être épanoui, quel est son potentiel, ses facultés, sa créativité, quels sont les fondements de la vie qui lui ont été transmise ?

La valeur des bases fondamentales oubliées de génération en génération n’a pas été perdu pour tous. Les abus et les profits ont proliféré avec l’égocentrisme et le mal-être, pendant que d’autres, cherchent des moyens à reconnecter des êtres humains, robotisés par des images.

Il y a une réponse type pour couper court à l’expression ; c’est la vie.

Une évolution rapide assoiffée de pouvoir mais lente, par un perpétuel retour en arrière, dû à l’oubli des fondements dans la notice de la vie humaine. Un être humain n’est pas un bolide, c’est avant tout, une vie avec une structure, des fonctions et des énergies vitales, des sentiments, des émotions, de la créativité et la liberté d’être avec des droits.

La vie m’a donné des facultés qui ont évolué et m’ont aidé à chaque sentier de mon parcours. Mes études sont passés par les études de cas de la réalité et ce changement, c’est aussi un cap de transmettre et de partager avec la notice humaine du vécu.

Anticiper, sur le prochain retour en arrière, en aidant les autres dans la maladie, la souffrance ou à se préserver, se protéger, sans regard pour les jouisseurs qui en font profits mais peut-être, une prise de conscience sur sa propre existence, ceux que l’on aime et ce que l'on sème chaque jour.

Eclairer, sur une vie avec la faculté des 5 sens, la mémoire sensorielle, l’intuition, l’émotionnel, l’amour inconditionnel, est-ce des signes de fragilité ou de force ?

Cela permettra également aux égos et préjugés, d’avoir des sujets concrets à partager ou mieux, de prendre la souffrance et la maladie d’autrui et ainsi, améliorer leurs connaissances.

Et enfin, faire le vide grenier de mes images.

Lorsque j’étais enfant, je collectionnais les images dans le chocolat pour les coller dans un collector. Ensuite, ce sont les images de la vie qui m’ont été collées, pour être une femme. Dieu créa la femme à son image et j’ai encore été favorisée en ayant été créée plus d’une dizaine de fois.

Mais, ces images sont le copier-coller d’un pourcentage de la société, pour combler le vide d’une conversation, avec un négatif qui détruit la vie de la vraie photo.

Après des années à les digérer, le moment est venu de les évacuer et de garder uniquement mon poster de la paix.

Le sentier des citations et des émotions

"Si tu veux connaître quelqu'un, n'écoute pas ce qu'il dit mais regarde ce qu'il fait" (Dalaï-Lama)

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now